Documentation générale

«On tente de restituer à un être diminué, vulnérable, une histoire» Par Maïté Darnault

Lundi 03 Décembre 2018

Quand le corps ou la tête vacille, l’écriture peut constituer un ancrage pour que s’établisse ou renaisse le dialogue à soi et aux autres. C’est de cette expérience que sont venus témoigner les invités du troisième débat du forum «La santé à cœur ouvert», organisé par Libération le 27 novembre, à Paris.

 

Article complet de Maïté DARNAULT paru sur libération.fr disponible ici

Fonds pour les soins palliatifs - Appel aux dons

Mardi 09 Juillet 2019

Carenews. Fonds pour les soins palliatifs. La campagne d’appel aux dons se poursuit.

https://www.carenews.com/fr/news/12934-communique-de-presse-la-campagne-d-appel-a-dons-se-poursuit

« Le Fonds pour les soins palliatifs, incubateur de projets au service des acteurs de soins palliatifs et des personnes malades, lance sa première campagne d’affichage d’appel à dons. Celle-ci a pour but de mobiliser chaque citoyen sur le rôle qu’il peut jouer pour améliorer la qualité de vie des personnes gravement malades et de leurs proches ».

A lire également : https://www.carenews.com/fr/news/13019-en-images-10-euros-pour-aider-quelqu-un-qui-souffre-c-est-pas-la-mort

DA et PC

Mardi 09 Juillet 2019

Libération. 23/06/2019. Fin de vie : les directives anticipées, panacée ou placebo ?

https://www.liberation.fr/france/2019/06/23/fin-de-vie-les-directives-anticipees-panacee-ou-placebo_1735701

Un article qui pointe les espoirs, les intérêts mais aussi les limites du dispositif des « directives anticipées » qui rappelons-le, visent à «préciser ses volontés de fin de vie, c’est-à-dire son refus ou sa volonté que les traitements ou les actes médicaux qui seront prodigués soient poursuivis, limités ou interrompus». L’article précise : « L’intérêt des directives anticipées est de susciter des discussions, de provoquer des questions. Elles peuvent permettent d’y voir un peu plus clair ».
 

 

La Croix. 14/06/2019. Vincent Lambert. Rédiger ses directives anticipées et choisir une personne de confiance.

https://www.la-croix.com/Debats/Courrier/Vincent-Lambert-Rediger-directives-anticipees-choisir-personne-confiance-2019-06-14-1201028801?from_univers=lacroix

Une bénévole de soins palliatifs se saisit de l’affaire « Vincent Lambert » pour inviter tout un chacun à rédiger ses directives anticipées et choisir une personne de confiance « pour éviter à [l]a famille une cause de déchirement ».

A Lire également : https://www.huffingtonpost.fr/entry/laffaire-vincent-lambert-met-en-lumiere-limportance-des-directives-anticipees_fr_5ce115ece4b00735a918806b?utm_hp_ref=fr-homepage

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/fin-de-vie-seuls-13-des-francais-ont-redige-leurs-directives-anticipees-20190521

https://www.lemonde.fr/blog-mediateur/article/2019/05/27/le-monde-des-lecteurs-sante-la-decouverte-des-soins-palliatifs_5468065_5334984.html

http://www.sfap.org/actualite/communique-de-presse-20-mai-2019

https://www.ouest-france.fr/societe/fin-de-vie/vincent-lambert/vincent-lambert-la-societe-de-soins-palliatifs-deplore-les-declarations-categoriques-6359262

Lancement des travaux préparatoires au prochain Plan national de Soins Palliatifs

Mardi 13 Octobre 2020

À l’occasion de la journée mondiale des soins palliatifs, le ministre des solidarités et de la santé salue les efforts des équipes de soins palliatifs qui sont en première ligne durant la crise liée au COVID-19, avec l’objectif de garantir à toute personne de recevoir les traitements et les soins adéquats pour soulager sa douleur, apaiser sa souffrance psychique, sauvegarder sa dignité et avoir l’assurance que son entourage soit également accompagné.

Le dernier plan national pour garantir la mise en œuvre effective des droits de la fin de vie s’est achevé en 2019. Les actions menées ont permis de structurer, graduer et densifier l’offre de soins palliative. Toutefois, malgré les avancées réalisées, l’accès aux dispositifs de la fin de vie souffre encore d’une mise en œuvre trop contrastée, non uniforme sur les territoires, qui a notamment été mise en exergue par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) dans son évaluation récente du Plan national 2015-2018.

Avec l’ensemble des acteurs et parties prenantes, M. Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé a décidé de lancer les travaux préparatoires à l’élaboration du prochain Plan National de développement des soins palliatifs et d’accompagnement de la fin de vie et sa déclinaison à l’échelle des territoires, au plus près des besoins.

Sur la base des préconisations de l’IGAS, des premiers enseignements de la pandémie de COVID-19 et des réflexions menées par l’ensemble des acteurs de la prise en charge et de l’accompagnement, ces travaux se déclinet selon trois axes :

• Renforcer l’acculturation aux droits de la fin de vie et diffuser, parmi les professionnels et intervenants, la culture palliative. Chacun doit connaître ses droits en matière de fin de vie et s’impliquer dans leur mise en œuvre en respectant l’esprit de la loi et les impératifs, notamment, de collégialité et de concertation.

• Diffuser les bonnes pratiques, garantir un haut niveau d’expertise en soins palliatifs et son accessibilité pour les acteurs en s’appuyant sur la formation et les travaux de recherche. Il s’agit de garantir l’adéquation de l’offre de soins palliatifs aux besoins et que les situations de fin de vie soient anticipées pour que chacun puisse être pris en charge précocement, sur tous les territoires, par des professionnels formés, des médecins et paramédicaux appuyés si besoin par des équipes expertes.

• Déployer les prises en charge de proximité en renforçant les coordinations, en structurant des modalités d’intégration précoce des soins palliatifs et de l’accompagnement de la fin de vie. Il s’agit de permettre à chacun d’être soigné sur son lieu de vie, selon ses souhaits, tout en tenant compte de ses besoins dans le cadre d’une prise en charge graduée et coordonnée.

Pour coordonner ces travaux préparatoires pour l’élaboration d’une feuille de route d’ici la fin du premier trimestre 2021, deux personnalités qualifiées seront prochainement nommées.

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/lancement-des-travaux-preparatoires-a-l-elaboration-du-prochain-plan-national

 

L’accompagnement du deuil, partie intégrante des soins palliatifs

Mardi 08 Janvier 2019

La perte d’un être cher bouscule ceux qui restent, les amenant ainsi à remanier leurs émotions, leurs représentations, leurs liens au défunt, ce que certains conceptualisent sous le terme de "travail de deuil".

Comment les soignants peuvent-ils participer à cet accompagnement et notamment à la prévention des deuils pathologiques ? Comment peuvent-ils aussi se protéger a minima tout en proposant une relation de soin pleine d'humanité ?

Éléments de réponse à l'occasion de la 17e journée régionale des acteurs en soins infirmiers Occitanie Ouest organisée sur ce thème de "L'accompagnement du deuil : partie intégrante des soins palliatifs" le 12 octobre dernier au CHU Purpan-Toulouse.

 

 

Cliquer sur l'image pour lire l'article complet

 

 

Lille Le Centre Oscar-Lambret renouvelle l’approche des soins palliatifs via la télémédecine, une première nationale

Mardi 04 Décembre 2018

La mise en place de consultations de télémédecine en soins palliatifs au centre Oscar-Lambret vient de recevoir le prix de l’innovation Unicancer (prixspécial du jury). Ou comment favoriser le maintien à domicile de patients ultra-fragiles, tout en leur offrant un suivi médical personnalisé. Première nationale.

 


 

En trois points

L’objet. Améliorant le confort des patients et des aidants, ces consultations réalisées en partenariat avec l’Hospitalisation à Domicile (Santélys), sont un outil innovant dans les relations ville-hôpital, offrant de nombreux bénéfices aux patients. Ce projet permet en effet aux patients en soins palliatifs de rester chez eux en évitant les déplacements en ambulance, améliorant ainsi leur confort.

Pour qui ? La possibilité de pouvoir bénéficier d’une consultation de télémédecine est proposée par l’équipe de soins palliatifs du COL. Un consentement est signé par le patient. L’accord du médecin traitant est également demandé.

Les avantages. «  Ces téléconsultations peuvent également se faire en alternance avec des consultations normales. Mais aujourd’hui aucun des patients, n’a voulu revenir  ».

 


 

Article complet paru par La Voix du Nord disponible ici.

Pages