THEMATIQUE EUTHANASIE / SEDATION / SOINS PALLIATIFS

Catégorie: 

Sondage IFOP sur les français et la fin de vie

Mardi 13 Décembre 2016

Vous retrouverez ci-dessous (cliquez sur les titres) les résultats d'un sondage réalisé par l'IFOP pour la Fondation ADREA concernant "les attentes et les besoins des Français vis à vis de la fin de vie" : 

- Infographie "Les Français face à la fin de vie"

- Résultats du sondage "Les attentes et les besoins des Français vis à vis de la fin de vie" (PPT)


Site internet de la fondation ADREA  : https://www.adrea.fr/la-mutuelle-adrea/actualites/fondation/ (A noter notamment, qu'après avoir lancé un appel à projet en 2016 concernant la fin de vie des jeunes, la fondation s'attache en 2017 à la fin de vie des personnes âgées en accompagnant et soutenant financièrement des projets permettant de faciliter l'accès de ces personnes "aux petits bonheurs du quotidien" et aux soins de relaxation. Les réponses à l'appel à projet peuvent être faites jusqu'au 22 février 2017). 

 

PAYS-BAS - Vers une légalisation du suicide assisté ?

Mardi 25 Octobre 2016

Après avoir autorisé l'euthanasie depuis 2002, le pays débat du droit au suicide assisté pour les personnes ayant un sentiment de "vie accomplie" ou "achevée"...


Pour lire l'article du Monde en date du 18 octobre, cliquez ici. 

Pour lire l'article du Ouest France : ici. 

Rappelons qu'en juillet 2016, un hollandais âgé de 41 ans souffrant d'alcoolisme et souhaitant mettre fin à ses jours avait obtenu le "droit d'être euthanasié"...

Belgique - Première euthanasie d'une personne mineure

Mardi 27 Septembre 2016

Le journal Le Monde relaie l'information selon laquelle la première euthanasie sur une personne mineure (15 ans) a été pratiquée par un médecin en Belgique, comme l'autorise la loi adoptée dans ce pays en 2014 (premier pays au monde à franchir ce pas pour des personnes mineures sans limite d'âge). 

Selon l'article du Monde, cette loi énonce que le jeune malade doit se trouver dans « une situation médicale sans issue, entraînant le décès à brève échéance ». Elle oblige à constater que sa souffrance, «constante et insupportable», ne peut être apaisée. L’équipe médicale, assistée d’un psychiatre ou d’un psychologue indépendant, doit conclure que l’enfant a bien compris le sens de la mort. Et le consentement des parents, ou du tuteur, est obligatoire.

L'article fait état des controverses qui ont entouré l'adoption de ce texte et qui continuent d'opposer ses détracteurs (catholiques, parti néérlandophone CD & V et francophone CDH, ainsi que quelques médecins ayant élevé la voix pour dénoncer le manque d'intérêt des pouvoirs publics pour les soins palliatifs et les nouveaux traitements contre la douleur) et ses défenseurs (socialistes, écologistes, parti nationaliste NVA). Il conclut ainsi : "D’autres experts jugeaient, en revanche, que ce texte ne faisait finalement que fixer un cadre légal pour une pratique déjà existante dans de nombreuses institutions, même catholiques, où des médecins décidaient, à la demande pressante des parents, de mettre fin à la souffrance insupportable d’enfants ou de jeunes gens se sachant condamnés".

Pour lire l'article dans son entier : cliquez ici. 

 

Sondage IFOP - "Une majorité de français pour les soins palliatifs"

Lundi 22 Décembre 2014

Le journal Ouest France publie les résultats d'un sondage commandé à l'IFOP.

Quelques enseignements : 53% des Français préfèrent, "en cas de maladie grave et incurable, en phase terminale"  la solution des soins palliatifs à celle de l'euthanasie.

Leur crainte vis à vis de l'euthanasie (à 53%), si jamais elle venait à être légalisée : "qu'un individu ou un groupe d'individus puisse décider de la vie ou de la mort d'autres personnes".

87% savent que les soins palliatifs permettent d'atténuer la douleur mais 52% que la loi actuelle (loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, dite "Loi Leonetti") oblige les médecins à respecter la liberté de ne pas être maintenu artificiellement en vie et 55% qu'elle les oblige à soulager les douleurs même si le traitement accélère la survenue du décès.
 

Lire l'article du Ouest France : "une majorité de français pour les soins palliatifs"

Lire l'édito du Ouest France : "développer les soins palliatifs"

 

recherche - les demandes explicites d'euthanasie en USP

Vendredi 09 Mai 2014

L'étude détaillée dans l'article ci-dessous a été réalisée par l'équipe de recherche de la Maison médicale Jeanne Garnier (Paris) à partir des situations de patients pris en charge au sein de l'unité de soins palliatifs.

Pages